Tetris le film : le prochain succès au box-office ?

Tetris, Angry Bird et Transformers : des jeux d’enfants au cinéma

La nouvelle surprendra certains mais laissera de marbre une toute petite frange de la population habituée à ce genre de frasques de la part d’Hollywood : Tetris, le jeu vidéo où le joueur doit imbriquer des formes géométriques va faire l’objet d’une adaptation au cinéma. Intriguant ? Forcément ! Etonnant ? Pas tant que ç.

 

Quand le cinéma puise dans le ludique

A vrai dire, Hollywood n’en est pas à sa première adaptation étrange d’un jeu vidéo, de société ou d’un jouet. Si certaines licences ont donné le jour à des films honnêtes, voire sympathiques à l’image du premier Tomb Raider avec Angelina Jolie, d’autres ont pris le parti du grand n’importe quoi soit en transposant n’importe comment un univers détaillé (on conseillera la filmographie du Uwe Boll, spécialiste de l’adaptation de jeu vidéo ratée) soit en partant d’un jeu ne disposant pas de cet univers.

On citera ainsi Super Mario (qui ne sait plus trop s’il rend hommage au jeu vidéo ou s’il fait bande à part tant les choix artistiques ne sont pas évidents à comprendre) ou le futur Tetris qui est annoncé comme « un gros film de science fiction épique » par son producteur.

Mais il n’y a pas que le jeu vidéo qui a suivi ce traitement car on note en ce moment une volonté parfois étrange de vouloir adapter au cinéma certains souvenirs qui feraient peut-être mieux de rester dans nos enfances. Si Transformers est devenue une licence rentable avec quatre films et des millions de dollars de recette, d’autres ont peiné à décoller : G.I. Joe : Le Réveil du Cobra ou pire encore Battleship, inspiré de la bataille navale,

En attendant l’adaptation de Tetris, nous devrions également voir apparaôtre sur nos écrans les oiseaux colériques d’Angry Birds et les Tortues Ninja dans une version revue et imaginée par Micheal Bay. Autant dire que le film ne devrait pas être avare en explosions.

 

La popularité du nom comme locomotive

Mais pourquoi le cinéma cherche-t-il à tout prix à exhumer les jouets et les jeux de notre enfance pour les transposer au cinéma ? La réponse est finalement assez simple : il est de plus en plus difficile de faire produire un projet dont on ne peut estimer sûrement les retombées, hors les producteurs et les banques qui financent le cinéma veulent des garanties.

Quoi de mieux niveau garantie qu’un nom bien connu de tous ? Rien. Et c’est justement sur ce constat que les producteurs gèrent leurs démarches. D’autant plus que l’adaptation d’un nom peut facilement s’avérer payante pour le producteur et pour la marque.

Dans le cas de Tetris, il est facile de comprendre pourquoi The Tetris Company autorise le studio Threshold Entertainement à reprendre le nom de son jeu alors même qu’il y a peu de chances que le film ne fasse étalage de formes géométriques qui s’empilent. La simple présence du nom sur tous les cinémas du monde permettra de rappeler l’existence du jeu. Dans le cadre de Battleship, Hasbro en profita même pour ressortir son jeu de société sous un nouvel habillage tout en lançnt un jeu vidéo, tiré du film.

Autant dire que tant que tous les acteurs du monde ludique trouveront un intérêt à inonder le cinéma de grosses licences à forte notoriété et que les spectateurs continueront à se masser pour aller les voir, il y a de fortes chances pour que l’on voie sortir une version sombre et gore de Pong, En attendant, voici le trailer du film Tetris, à moins qu’il ne s’agisse d’une parodie ?